Passer au contenu principal

Commentaire sur l'arbitrage des fusions : Au 30 septembre 2022

Source : Craig Chilton, CFA | Tom Savage, CFA
Date de publication : oct. 7, 2022
Temps de lecture : 6 minutes
Picton Mahoney Fortified Arbitrage Alternative Fund Cl. F icon     Picton Mahoney Fortified Arbitrage Plus Alternative Fund Cl. F icon     Fund profiles icon

Les fonds d’arbitrage ont rebondi au troisième trimestre, le Fonds alternatif fortifié d’arbitrage Picton Mahoney, catégorie F, affichant 1,05 % et le Fonds alternatif fortifié d’arbitrage Plus Picton Mahoney, catégorie F, affichant 1,75 %.
 
La stratégie d’arbitrage de fusions a ouvert la voie au troisième trimestre, avec un nombre important de transactions conclues avec succès. Parmi les exemples récents de transactions conclues, mentionnons Citrix System, Inc. acquise par Vista Equity Partners (14 milliards de dollars américains) et Duke Realty Corporation acquise par Prologis, Inc. (26 milliards de dollars américains). En dépit des opérations de fusions-acquisitions clôturées dans les délais prévus, les écarts des arbitrages de fusion demeurent élevés en raison de la prépondérance des opérations d’achat à effet de levier (historiquement plus risquées) et de la perception d’un risque réglementaire élevé (rhétorique forte du ministère de la Justice et de la Federal Trade Commission aux États-Unis [« FTC »]). Il est à noter qu’au cours du troisième trimestre, le ministère de la Justice a perdu deux contestations judiciaires majeures pour bloquer des transactions (achat par UnitedHealth Group de Change Healthcare et achat par U.S. Sugar d’Imperial Sugar Co.). Bien qu’elles n’aient aucune incidence sur le portefeuille, elles servent de rappel important que le succès ou l’échec des contestations judiciaires du ministère de la Justice/de la FTC sont en fin de compte décidés par les juges qui s’appuient sur les lois antitrust telles qu’elles sont rédigées et sur des décennies de jurisprudence. Malgré la démagogie politique des organismes antitrust à Washington, nous demeurons prudemment optimistes quant à la capacité de l’environnement actuel de propagation de nous indemniser pour avoir pris ce risque.
 
Pour une catégorie d’actif qui est en grande partie en mode de « liquidation », les sociétés d’acquisition à vocation spécifique (« SAVS ») ont connu des développements notables ce trimestre. La Loi sur la réduction de l’inflation, adoptée en août, prévoyait l’ajout à la dernière minute d’une « taxe sur le rachat » visant les sociétés qui rachètent leurs propres actions. Rédigée ainsi, la taxe de 1 % s’appliquerait aux rachats et liquidations de SAVS aux États-Unis survenant après le 31 décembre 2022. Immédiatement après l’annonce, nous avons été en mesure de déplacer le portefeuille afin d’atténuer en grande partie toute exposition à cette taxe potentielle. Fait intéressant, comme cette taxe s’applique au niveau de la société (et non à celui de l’actionnaire) et qu’il n’est pas clair si le produit de la fiducie peut être utilisé pour la payer, la taxe sert d’incitatif aux SAVS pour accélérer leur liquidation. Autrement dit, les SAVS arrivant à échéance au premier trimestre de 2023 qui n’ont pas de transaction en main pourraient décider de se liquider plus tôt afin d’éviter cette taxe. Cela améliore le taux de rendement de rendement à l’échéance des SAVS et nous voyons même des SAVS non domiciliés aux États-Unis (qui ne sont pas touchés par la taxe de rachat) décider de liquider leurs actifs plus tôt.
 
Compte tenu de la forte volatilité des taux d’intérêt au troisième trimestre, l’arbitrage de fusions et les SAVS ont démontré leur insensibilité à la hausse des taux. Les écarts des arbitrages de fusions sont en grande partie de nature à court terme, et nous les considérons comme un écart sur les coûts de financement à court terme. Les liquidités des SAVS sont détenues dans des bons du Trésor américain de moins de six mois. Toutes choses étant égales par ailleurs, la hausse des taux peut, en fin de compte, se traduire par des rendements d’arbitrage plus élevés.


Picton Mahoney Fortified Arbitrage Alternative Fund (Cl. F) and Picton Mahoney Fortified Alternative Plus Fund (Cl.F) Performance table as of September 2022 in French language
Le présent document a été publié par Gestion d’actifs Picton Mahoney (« GAPM »), le 7 octobre 2022. Il est fourni uniquement à titre de source d’information générale, il peut être modifié sans préavis et il ne doit pas être assimilé à des conseils de placement. Le présent document ne doit pas servir à la prise de toute décision de placement et ne constitue pas une recommandation, une sollicitation ou une offre de titres dans quelque territoire que ce soit.

Le présent document peut contenir des « renseignements prospectifs » qui ne sont pas de nature purement historique. Ces énoncés prospectifs s’appuient sur les convictions raisonnables de GAPM à la date où elles ont été formulées. GAPM décline toute obligation de mettre à jour tout énoncé prospectif et ne s’engage pas à le faire. Les énoncés prospectifs ne garantissent pas le rendement futur. Ils dépendent de nombreuses hypothèses et comportent des risques inhérents ainsi que des incertitudes en ce qui concerne les facteurs économiques généraux, qui changent au fil du temps. Rien ne garantit que les énoncés prospectifs se concrétiseront. Nous vous conseillons de ne pas vous fier indûment à ces énoncés, car un certain nombre de facteurs importants pourraient faire en sorte que les événements ou les résultats réels diffèrent sensiblement de ceux qui sont exprimés ou implicites dans tout énoncé prospectif.

Un placement dans un fonds commun de placement peut donner lieu à des commissions de vente, des commissions de suivi, des frais de gestion, des frais liés au rendement et d’autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Les taux de rendement indiqués correspondent aux rendements totaux annuels composés historiques et ils tiennent compte des variations de la valeur des parts et du réinvestissement de toutes les distributions. Ils excluent les frais de vente, de rachat et de distribution, les frais facultatifs et les impôts sur le revenu payables par tout porteur de parts, qui auraient réduit le rendement. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis; leur valeur change fréquemment et leur rendement antérieur peut ne pas se répéter. Les titres des fonds communs de placement alternatifs ne peuvent être achetés que par l’intermédiaire d’un courtier inscrit et ne sont offerts que dans les territoires où la loi en autorise la vente.

Il n’y a aucune garantie qu’une stratégie de couverture sera efficace ou produira l’effet attendu. Le recours aux instruments dérivés et aux ventes à découvert comporte plusieurs risques qui sont susceptibles d’empêcher une stratégie de réaliser des gains ou de limiter ses pertes ou de l’amener à subir des pertes ou d’amplifier ces dernières. Le recours aux instruments dérivés et aux ventes à découvert dans le cadre d’une stratégie de couverture peut donner lieu à des coûts et des frais supplémentaires.

Le présent document est confidentiel et doit être utilisé uniquement par des investisseurs qualifiés ou des clients autorisés au Canada. Toute révision, retransmission, diffusion ou autre utilisation de ces renseignements par des personnes ou des entités autres que le destinataire est interdite.

MD Marques déposées de Gestion d’actifs Picton Mahoney.
© 2022 Gestion d’actifs Picton Mahoney. Tous droits réservés.